domenica 29 gennaio 2017

Le béton consacré


Le 5 juin 1929, Le Corbusier écrivait à Mme de Salle, pour lui annoncer qu’il renonçait à poursuivre l’étude d’une église que cette bienfaitrice lui avait confiée à Tremblay, près de Paris (cf. Royan 2003. Renouveau de l’architecture sacrée à la reconstruction, Éd. Du Caue 17, 2004):
« Nous voulions vous dire le résultat de nos réflexions au sujet de l’église. Et tout d’abord vous demander ce que pensait l’archevêché de notre existence en cette affaire. Nos réflexions nous ont conduit à admettre qu’en toute sincérité, qu’en toute conscience, nous ne pouvions construire une église catholique : ceci pour 2 raisons. La première, c’est que si l’on veut respecter le culte catholique et ses traditions, on ne peut avec le béton que “moderniser” une tradition préexistante. Et cela nous est pénible, car nous aurions à créer des organismes neufs basés sur des problèmes d’esprit neufs. La seconde, c’est que, si nous suivons la voie qui nous est chère, nous pensons à créer un lieu de méditation. Et nous avons établi une étude de principe sur ce thème, et nous avons une solution qui nous satisfait. Or, dans un tel cadre, les objets de culte catholique apparaissent paradoxaux.
Mais plus encore, l’attitude d’un tel bâtiment, si en dehors des problèmes habituels contemporains, est si inattendue, si nouvelle, que nous sommes persuadés de provoquer l’étonnement, la protestation, la violence.
Et nous vous entraînerions dans une polémique, une aventure, pleine des violences toujours provoquées par les innovations. Et combien fort lorsqu’il s’agit d’une religion en quelque sorte canonique.
Vous voyez que c’est l’essence même du vif intérêt que nous avons apporté à ce problème, qui nous conduit à cette attitude négative »
Images: l’Église Saint-Paul à Foligno (Google Street View) conçue par Massimiliano Fuksas (cliquez pour agrandir):

 





Malheureusement, le bâtiment n’est pas utilisable pour célébrer la messe, car il n’est pas possible de fournir le chauffage à ce gigantesque cube de béton armé. Les prêtres ont décidé de déplacer toutes les fonctions religieuses dans la salle de la paroisse afin d’empêcher le départ massif des fidèles, qui ont déjà surnommé l’église « le congélateur » (cf. « Umbria Domani »). Selon la presse locale, pour résoudre le problème l’église sera transformée en un « centre sportif »:

Nessun commento:

Posta un commento